Il fut un temps aux Etats Unis, le racisme sans raciste


police

Le racisme est une idéologie qui considère que certaines catégories de personnes sont intrinsèquement supérieures à d’autres. Cette idéologie peut entraîner une attitude d’hostilité ou de sympathie systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes. Cette hostilité envers une autre appartenance culturelle et ethnique se traduit par des formes de xénophobie ou d’ethnocentrisme. Le racisme consiste à hiérarchiser les personnes en fonction de leur couleur de peau, leur langue, leur culture, leur religion ou leur région d’origine et de les dominer, rejeter, discriminer ou maltraiter sur ce seul critère artificiel.
Le racisme sans raciste aux Etats Unis
Je me rappelle avoir pour la première fois lu un article ayant ce titre en 2008, lors de la campagne présidentielle de Barack Obama. Qu’est-ce que cela veut vraiment dire, le racisme sans raciste ? Le racisme, chers amis, n’est pas déterminé par la couleur de la peau d’un individu. Alors, derrière le faux sourire d’un « blanc » il est quasiment impossible de dire qu’il est raciste. A noter que j’ai mis blanc entre guillemets parce qu’il n’y a pas que les blancs qui soient racistes. La meilleure façon de comprendre le racisme sans raciste est de penser à une personne qui vous rit en montrant ses 32 dents tandis qu’au fond d’elle-même, nourrit le sentiment de vous arracher les ongles des mains et des pieds et de vous décapiter vivant.
En effet, mesdames et messieurs, le racisme existe dans tous les cinquante états des Etats Unis. Cependant peu sont les Américains qui s’identifieent comme racistes à proprement parler. Généralement, quoi qu’un blanc pense ou dit d’un noir, vous perdrez son amitié si vous osez l’appeler raciste. Ils sont presque tous racistes, mais jamais ils n’admettront qu’ils le sont.
Le racisme des policiers américains
Aux Etats Unis, si le fait d’être traité de raciste pour le commun des américains est une insulte, paradoxalement, des agents policiers qui sont payés pour protéger des vies et des biens, personnifient le racisme. Armés de leur HK45, de leur P226 ou de leur M&P 9 et ayant des couvertures légales, ces officiers n’ont pas à cacher leur racisme face à un groupe minoritaire noir parfois un peu maladroit à cause de leur niveau d’éducation. On n’en finirait pas s’il fallait énumérer des cas où des policiers blancs lâchement abattent des noirs comme des animaux. Ils le font et le refont non seulement parce qu’ils sont au-dessus de la loi, mais parce qu’ils sont la loi même.
En moins de deux jours, grâce à l’avancement de la technologie, le monde a pu être témoin de deux assassinats back to back comme les américains diraient, dans deux différents états. Il était tôt mardi dernier à Bâton Rouge dans l’état de la Louisiane lorsqu’un sans-abri approchait Alton Sterling qui vendait des CDs et lui demandait de l’argent. Ce dernier, en maintes occasion, intimait l’ordre à l’homme de rue de le laisser tranquille, il refusait d’obtempérer. Pour stopper le mendiant qui continuait à l’importuner, Alton Sterling lui montrait son arme. Le sans-abri s’est servi de son portable pour composer le 9-1-1. Arrivés sur les lieux, deux policiers blancs se sont saisis du noir, l’ont jeté par terre et l’ont neutralisé. Tandis que les deux salauds étaient sur le type, ils l’ont criblé de balles.
Mercredi soir, dans l’état de Minnesota, les policiers n’ont pas eu de meilleures images à nous offrir. Philando Castile a été aussi lâchement assassiné et criblé de balles en présence d’une enfant de 4 ans et de sa copine qui filmait avec tout son sang-froid le crime odieux perpétré une fois de trop par un policier blanc.
Conditions et entrainement des policiers américains
J’ai l’occasion de voyager dans différents pays dans le monde. J’ai visité le Canada, la France, l’Allemagne pour ne citer que ces pays-là. Ma visite dans ces pays ne saurait me donner une connaissance suffisante des conditions de leurs policiers. Cependant, à bien regarder les voitures de policiers français, canadiens ou allemands comparativement avec celles des policiers américains, on placerait ces derniers en tête. Mais il n’y a pas que l’apparence ! D’ailleurs, ne dit-on pas que l’apparence est trompeuse ? Je respecte le service des vrais policiers qui ne dorment pas la nuit pour que ma famille et moi puissions dormir en toute quiétude. Cependant, rouler 24/24 dans des voitures climatisées de luxe et discriminer les noirs ne sont pas les raisons pour lesquelles nous payons les officiers de police. A force de rester si longtemps dans leurs voitures et leurs SUVs, on dirait que c’est avec leur ventre qu’ils conduisent et non avec leurs mains. Vues leurs pauvres conditions physiques ajoutées à leur racisme, ils n’ont le plus souvent recours qu’à leurs armes au lieu d’utiliser des tactiques pour neutraliser un suspect.
Les blancs et les noirs traités différemment
Aux Etats Unis, quand un policier arrête la voiture d’un blanc, il approche le chauffeur d’une manière dont il n’approche pas un chauffeur noir. Le policier tend à être plus agressif face à un noir qu’à un blanc. Partant de là, certains noirs, sachant qu’ils sont discriminés, ont aussi tendance à être moins coopérants avec les policiers, ce qui conduit le plus souvent à la mort du chauffeur noir. Ce que les noirs oublient certaines fois, c’est que les policiers sont armés, nombre d’entre eux sont racistes et qu’il n’y a qu’une seule vie.
Pour la énième fois je conseillerai aux membres des Amis du Savoir et des Connaissances ayant des fils, de leur parler du racisme dans le pays. Dites-leur de ne pas résister aux ordres des policiers. La charité bien ordonnée, dit-on, commence par soi-même. Quand un policier vous stoppe et que vous avez vos enfants avec vous dans votre voiture, essayez de ne pas prouver que vous avez raison et ne refusez jamais d’obtempérer. S’il faut saisir le cas par devant un juge et solliciter le service d’un avocat, faites-le. Rappelez-vous qu’il y a une seule vie. Quand on la perd, les cris et les larmes de nos parents et amis ne peuvent la restaurer.
Rulio Oscar, le 7 juillet 2016