Quel est, en réalité, leur objectif ?



D’après les gens qui observent de près la cuisine politique en Haïti, les carottes sont cuites pour cette classe de femmes et d’hommes qui se sont toujours cru être les seuls qui puissent diriger Haïti. Le pays ne fait plus confiance à ces politiciens véreux qui, comme nous le disons souvent et que vous aussi le constatez, ne défendent que leurs intérêts mesquins.
C’est bien malheureux qu’il y ait aussi un groupe d’Haïtiens qui, au nom d’une certaine conviction, reste solidaire à ces leaders politiques de quelques noms qu’on les nomme.
L’année dernière, des élections étaient organisées dans le pays pour élire un président. Il est vrai que le CEP d’alors avait à sa tête une personne mentalement dérangée vues certaines déclarations qu’elle faisait publiquement. Les résultats de ces élections plaçaient Jovnel Moïse et Jude Célestin respectivement en première et deuxième position. Puisqu’aucun des deux n’avait obtenu la majorité absolue des voix, les deux hommes devaient se mesurer au second tour de ces mêmes élections.
Les perdants récalcitrants, au lieu de faire front commun pour battre Jovnel au deuxième tour, se sont mis ensemble de la façon la plus honteuse pour exiger l’annulation des résultats des élections seulement au niveau présidentiel. Je dis seulement au niveau présidentiel parce que, sans la validation des résultats au sénatorial, la chambre haute n’aurait pas de quorum pour nommer Jocelerme Privert à la tête du pays quand Michel Martelly démissionnait le 7 février 2016.
Avec un nouveau CEP, de nouvelles élections se sont déroulées en novembre 2016, Jovnel Moïse, un agronome (nèg bannan nan) qui n’est pas un politicien, les a battus tous à plate couture. Depuis, d’une seule voix, une fois de trop, ces mêmes perdants symbolisant la honte, crient aux fraudes électorales.
Tout en doutant fort qu’Haïti puisse être exempte d’irrégularités dans ses élections puisque ça existe partout, je ne suis pas contre la vérification d’un échantillon des voix. Cependant, encourager le peuple à prendre les rues presque tous les jours tout en brisant tout ce qu’il trouve sur son passage est un crime dont les auteurs méritent d’être punis.
Au ministre de la justice, au puissant commissaire du gouvernement, Me. Danton Léger et à la Police nationale, nous demandons de prendre leurs responsabilités en appréhendant toutes celles et tous ceux qui troublent la paix publique.
Rendez-moi fou ou sage, loin d’être lavalassien, la fanmi lavalas est le seul regroupement politique qui puisse remporter une élection en Haïti, mais pas dans les circonstances actuelles où la gauche est totalement divisée. Un lavalassien pour lequel j’ai beaucoup d’estime a publié sur Facebook ce qui suit au lendemain des élections : « Mwen se neg KONVIKSYON, mwen toujou affichem nan Moman ki diffisilil, se orijinalité pam. Sepandan piga mwen tande plenyen, ni parol ampil. Gro neg yo te choizi mache gaye. Frisson saaa, se rezilta DIVIZYON, PISSE GAYE, LAMBISYON.
SI APRE REZILTA NOU TA PERDI, PE DYOL NOU. NOU FOUT TRO EGOISTE. SE ELEKSYON MWEN TAP TANN FINI POUM PALE. MAP MOURI LAVALAS, MEN REKONET NOU SE CHEN MANGE CHEN. LAVALAS FOUT DIVIZE. SE NOU KI KOZ MWEN PRAL PASSE 5 AN EXIL »
Environs deux semaines de cela, j’ai entendu l’ancien député Arnel Bélizaire dire sur Radio Caraïbes quelque chose de très intéressant. Il comparait ou considérait la gauche comme une force politique représentant 70% de la population. Mais cette grande force, divisée en 4 petites forces, représente seulement 17.5% chacune. C’était une façon pour l’ancien député lavalassien de demander à ses paires d’accepter leurs défaites et de s’unir s’ils veulent reprendre le pouvoir après les 5 ans de Jovnel Moïse. Je n’étais pas d’accord avec les chiffres qu’il avait avancés, mais il avait parlé d’or.
En fait, quel est l’objectif de ces vendeurs de pays, de ces assoiffés de pouvoir ?
On n’a pas besoin de faire de grandes études universitaires ou d’être politologues ou encore de grands analystes pour comprendre que les contestataires de ces dernières élections en autre défendant leurs intérêts honteux, cherchent à répéter les évènements de 2015. Ces hommes et femmes sont méchants en se servant de la naïveté d’une partie de la population pour mettre à l’exécution leur agenda macabre.

Rulio Oscar