Tout savoir sur la virgule



On emploie la virgule pour détacher ou isoler des éléments dans une phrase ou pour les séparer.
Le détachement par une virgule – Le détachement du complément de phrase
On emploie la virgule pour détacher un complément de phrase placé soit au début de la phrase, soit entre le groupe ayant la fonction de sujet et le groupe verbal, soit à l’intérieur du groupe verbal. En somme, on détache le complément de phrase lorsqu’il est placé ailleurs qu’en fin de phrase. Exemple : Robert achète son journal préféré tôt le matin.
Quand le complément de phrase est placé en fin de phrase ; il n’est donc pas détaché par une virgule. Ex : Robert achète, tôt le matin, son journal préféré.
Quand le complément de phrase est placé à l’intérieur du GV, entre le verbe et son complément direct. Ex : Robert, tôt le matin, achète son journal préféré.
Quand le complément de phrase est placé entre le groupe nominal sujet et le groupe verbal. Ex : Tôt le matin, Robert achète son journal préféré.
Le complément de phrase est placé au début de la phrase.
Attention ! Lorsque le complément de phrase est en début de phrase, mais que le sujet et le verbe sont inversés, on n’emploie pas la virgule. Ex : Dans l’arbre chantent les oiseaux.
Le détachement d’un complément du nom ou du pronom à valeur explicative
On peut ajouter, à l’intérieur d’un groupe nominal, un complément du nom ou un complément du pronom non essentiel à valeur explicative, c’est-à-dire un élément qui ne contribue pas à déterminer la personne, la chose ou le phénomène caractérisés, mais qui ajoute simplement une information supplémentaire. Cet élément à valeur explicative pourrait facilement être effacé sans que le sens de l’énoncé soit altéré : il doit être détaché par une ou deux virgules, selon sa place (voir aussi l’article Subordonnée relative et pronom relatif). Ex : Mon frère et ma sœur aînée, qui sont d’excellents musiciens, feront bientôt partie d’un orchestre. Là, il s’agit d’une subordonnée relative à valeur explicative, complément des noms frère et sœur.
Dans la phrase : épuisée par la longue randonnée, elle s’est vite endormie, il s’agit d’un groupe adjectif à valeur explicative, complément du pronom elle.
Dans la sœur de Charles, étudiante au Collège de Sherbrooke, a gagné dix mille dollars à la loterie, il s’agit d’un groupe nominal à valeur explicative, complément du nom sœur.
Il est important de distinguer les éléments explicatifs des éléments déterminatifs, car ces derniers ne sont pas détachés par des virgules, puisqu’ils sont essentiels au sens de la phrase. Ex : mon frère et ma sœur aînée, qui sont d’excellents musiciens, feront bientôt partie d’un orchestre.
L’adjectif aînée est déterminatif et non explicatif : c’est précisément de la sœur aînée qu’il est question et non d’une autre sœur il est sous-entendu que la personne a plus d’une sœur. Comparez avec la phrase suivante, où le complément du nom est explicatif : Mon frère et ma sœur, qui est mon aînée, sont d’excellents musiciens. « L’appartement que nous avons visité hier nous a beaucoup plu. » La subordonnée relative est déterminative et non explicative : c’est précisément l’appartement visité hier qui a plu et non n’importe quel autre appartement.
Le détachement d’autres éléments
D’autres éléments sont également détachés par une virgule :
• un organisateur textuel ; Nous allons, tout d’abord, aborder tel aspect du sujet. Par conséquent, nous pouvons conclure que le projet est réaliste.
• un groupe mis en relief dans une phrase emphatique ; Ces livres-là, je voulais les lui donner demain. La tisane, ça m’endort. (Phrase incise)
• une phrase incise ou une phrase incidente ; Pour le prochain trimestre, affirme le président, la société dégagera un bénéfice qui dépassera toutes les attentes. Pour le prochain trimestre, la société dégagera un bénéfice qui dépassera, permettez-moi d’en douter, toutes les attentes. (Phrase incidente)
• une apostrophe ; lorsqu’on s’adresse directement à quelqu’un. « Ne rentre pas trop tard, Nathalie. »
Attention ! La virgule est interdite dans les contextes suivants.
On ne sépare pas par une virgule ni par un autre signe de ponctuation :
• le groupe ayant la fonction de sujet et le groupe verbal ; Mon frère _ explique tout à ses enfants. La randonnée que nous avons faite _ nous a complètement épuisés.
• un mot et un élément qui le suit obligatoirement (ex. : le verbe et son complément direct ou complément indirect ; le verbe et l’attribut) ; Mon frère explique _ à ses enfants _ tout ce qu’il sait sur les animaux. Vous ai-je dit _ que mon frère est _ vétérinaire.
• un verbe, un adverbe, un adjectif, etc. et son modificateur. Il parle _ lentement. Cette fleur est extrêmement _ belle.
L’EMPLOI DE LA VIRGULE DANS LA JUXTAPOSITION ET LA COORDINATION D’ÉLÉMENTS
La virgule dans la juxtaposition – La virgule sert à séparer des mots, des groupes de mots ou des phrases, subordonnées ou non, qui ont la même fonction syntaxique. Ex : Les livres, les cassettes, les disques et les revues étaient en solde.
La virgule sépare des groupe nominaux sujets juxtaposés. Ex : Danielle se lève, s’habille, déjeune et se rend au bureau.
La virgule sépare des groupes verbaux juxtaposés. Ex : On joue, on danse, on s’amuse.
La virgule sépare des phrases juxtaposées. Ex : Quand nous aurons terminé nos cours, que nous aurons passé nos examens et que nous aurons pris un peu de repos, nous chercherons un emploi. La première virgule sépare des subordonnées circonstancielles compléments de phrase juxtaposées.
La virgule dans la coordination – On met généralement une virgule devant les coordonnants mais, car, puis, c’est-à-dire, soit, à savoir, sinon, etc. Exemple :
• Elle se croyait seule, mais une foule l’entourait.
• On immolait des animaux, car on croyait que ces sacrifices atténuaient la colère des dieux.
• Les ventes ont progressé de sept millions de dollars, soit de 18 pour cent.
Les coordonnants et, ou, ni ne sont généralement pas précédés d’une virgule. Ils peuvent être précédés d’une virgule dans les cas suivants :
• le coordonnant sépare deux phrases qui n’ont pas le même sujet. Ex : Ils ont consacré beaucoup de temps à leurs études, et leurs efforts ont porté leurs fruits.
• le coordonnant sépare deux des groupes de mots ou des phrases comprenant eux-mêmes des éléments coordonnés. Ex : Marie est très occupée cette session : elle s’est inscrite à des cours de peinture et de danse, et s’est portée bénévole pour aider les enfants dans leurs devoirs.
• le coordonnant est répété devant chaque élément d’une énumération qui en comporte trois ou plus. Ex : Au bal masqué, je n’ai reconnu ni ta mère, ni ton frère, ni ta sœur aînée.
Attention ! On n’emploie pas la virgule devant le premier des coordonnants.

Rulio Oscar, professeur de français