Cocktail en l’honneur des stylistes et les architectes du carnaval ! Et les Jérémiens qui vivent dans la grotte depuis les dévastations du Cyclone Matthieu ?


Je comprends que l’équipe Moïse-Lafontant peut avoir des difficultés à démarrer la machine du pays vers le progrès et le développement, puisqu’il y a tant de choses à faire. Je comprends aussi que Madame Martine Moïse, pour qui j’ai de l’estime, cherche encore son identité en tant que Première Dame de la République.
Cependant, il nous incombe la responsabilité de rappeler à la nouvelle équipe et à Mme Moïse que le peuple souffre encore et que rien, jusqu’ici, n’est fait pour alléger ses peines. Après les dépenses faites pour l’organisation du carnaval aux Cayes, tandis que des gens de la même zone, le Grand Sud, dormaient et dorment encore à la belle étoile suite aux dégâts faits par le cyclone Matthieu, on ne s’attendait pas à ce que l’argent de la caisse publique soit utilisé pour honorer les stylistes et les architectes du carnaval, aussi talentueux qu’ils puissent être.
Dans l’espace de heures de temps, plus d’un millier de gens ont aimé et adoré la publication de la Première Dame. Moi aussi, j’aurais aimé être de celles et de ceux qui l’encouragent ! Cependant, je choisis d’attendre encore, en solidarité avec les affamés et les laisser pour compte.
Une délégation de Food for the Poor était dans la Grande Anse et elle nous en dira plus
Il y a à peine une semaine, une délégation de Food for the Poor se rendait dans la Grande Anse pour comprendre, évaluer et améliorer ses interventions dans le département. Lors de rencontre avec les communautés religieuses et avec les autorités civiles et politiques de Jérémie, une des personnes responsables de Christian Mission for the Blind (CMB) mentionnait la probable existence de personnes qui habiteraient dans une grotte depuis le passage de Matthew.
Interpelé par cette nouvelle, le Directeur de notre département d’agriculture entreprenait de mener rapidement une enquête. Et c’est à Fonds Rouge que son investigation l’a conduit et où il a découvert 130 familles composées de 240 personnes, dont 84 femmes et 62 enfants, vivant misérablement accroupis dans une grotte, qu’ils avaient appelé « le trou ».
Vite alerté, le bureau central, en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, dépêchait le responsable de notre département de relations publiques sur les lieux.
Jean Berlin Depeine qui assume le rôle de leader des familles lui a alors expliqué qu’ils étaient 130 familles d’agriculteurs qui après le passage de Matthew, avaient tout perdu -leurs maisons, leurs jardins, leurs récoltes, leurs outils- et qui avaient dû prendre refuge dans cette grotte.
Pouvant à peine contenir ses larmes il lui a avoué qu’il ne savait plus à quel saint se vouer pour survivre… car le peu qu’il avait était parti avec les eaux.
Nous leur avons rapidement fait livrer un camion de nourriture, de semences et d’outils aratoires. Nous travaillons avec l’Évêque de Jérémie pour leur trouver des terrains où 130 maisons seront bâties au plus tôt pour eux, avec des infrastructures qui devraient leur permettre de gagner leur vie et d’élever leurs enfants dans la dignité.