Les souffrances causées par l’inaction des bonnes personnes



Présumant que la définition des termes souffrances et monde soient connue de tous, je mettrai l’emphase sur inaction et bonnes personnes en guise d’introduction à ce texte. Si l’on devait se baser sur cette définition de l’inaction qui est la cessation de toute action, ce texte ne concernerait ni l’un ni l’autre ; car, il serait presqu’impossible de faire preuve de la cessation de toute action, à moins qu’on soit mort.
L’inaction peut se définir comme l’absence d’action, qui fait preuve d’inertie, d’abstention, d’indolence, de relâche, de stagnation, de paresse, de renonciation, d’assoupissement, de désœuvrement, de passivité, de fainéantise, de sommeil, etc… Ça peut aussi désigner quelqu’une ou quelqu’un qui ne remplit pas ses devoirs.
C’est quoi, en fait, une bonne personne ? Aussi paradoxal que cela puisse paraître, il est bien plus difficile de définir une bonne personne que l’inaction. Ma maman était une bonne personne ; le pasteur de mon église, le curé de ma paroisse est une bonne personne ; mon voisin d’en-face est une bonne personne ; je suis une bonne personne. Ce que nous essayons de vous faire comprendre, bien que les qualités d’une bonne personne se fassent remarquer, être une bonne personne peut, comme la beauté, être subjective ; c’est-à-dire, une bonne personne pour vous, peut ne pas l’être pour moi et ceci vice-versa.
Par ailleurs, le fait pour quelqu’une ou quelqu’un d’avoir commis une erreur ou d’avoir fait un faux-pas ne fait pas d’eux de mauvaises personnes pour autant. Toutefois, peuvent-ils être de bonnes personnes ? Bien sûr ! Pourquoi pas ? Ne jugez point, dit la Bible, afin que vous ne soyez point jugés. Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.
Partant de cet impératif biblique, nous n’oserons qualifier personne de bon ou de mauvais. Cependant, nous nous acharnerons à juger votre inaction qui est l’une des causes des souffrances les plus atroces dont nous sommes témoins aujourd’hui, en Haïti et dans le monde.
Jusqu’ici, peut-être, vous nous en voulez parce que nous avons l’audace d’attaquer votre inaction, vous qui êtes si bons ou bonnes, si loyaux(les), si prestigieux(ses), et même si religieux(ses). Arrêtez et respirez un peu ! Nous allons, à travers cette anecdote, vous démontrer les souffrances que peut causer votre inaction. Vous voyez l’enfant de 12 ans du voisin jouer avec une arme à feu sur le gazon de ses parents, tandis que vous rentrez chez vous. Au lieu de chercher d’alerter dans l’immédiat votre voisin ou la police, vous vous dites que cela ne vous regarde pas. 30 minutes plus tard, accidentellement ce pauvre gamin qui ne savait pas ce qu’il faisait, a ouvert le feux et tué 3 enfants y compris votre unique fils.
Depuis je ne sais quand, j’entends des autorités religieuses dire que la politique est trop sale et qu’elles ne veulent pas s’en mêler. Cette aberration est transmise non seulement de berger au berger, mais aussi, crée un grand impact sur les brebis elles-mêmes. Ces gens s’acharnent à dénoncer et prêcher contre les gens qui ne payent pas la dîme ou qui, dans leur humanité, commettent une infraction allant à l’encontre des normes bibliques, de quelque nature que soit cette infraction.
Il se peut que nous fournissions aux gens inactifs la corde qui nous pendra, les pierres qui nous seront jetées dessus ou les arguments qui nous cloueront au pilori. Si nous le faisons, ce n’est pas de notre propre gré. Car, notre problème n’est pas seulement avec les prêtres, les pasteurs et prédicateurs, en d’autres termes les prétendues bonnes personnes, mais avec toutes celles et tous ceux qui pourraient faire la différence dans l’avenir de quelqu’un ou celui de leur pays mais qui optent pour l’inertie, l’abstention, l’indolence, la relâche, la stagnation, la paresse, la renonciation, l’assoupissement, le désœuvrement, la passivité, la fainéantise ou tout simplement le sommeil.
Si notre vie est axée sur des buts, ce que les Américains appellent Purposes, nous devons faire en sorte de déterminer ces objectifs. Une fois les identifier, nous avons pour mission de travailler à leur concrétisation. Souvent, cette concrétisation sera nécessitera un travail d’équipe. Que les autres s’attellent au boulot ou pas, faites votre part comme le colibri qui cherchait à éteindre seul l’incendie parce que les autres animaux ne se sentaient pas concernés.
Face aux dérives administratives dans notre pays et à la misère chronique de nos frères et sœurs, nous avons tous une part de responsabilité. Alors, servons-nous des moyens du bord pour dénoncer les abus de pouvoir, l’injustice faite aux malheureux, l’inégalité dans le partage des richesses du pays, etc…
Médecins, ingénieurs, avocats, hommes d’affaire, pasteurs prêtres, journalistes, utilisateurs des réseaux sociaux et gens appartenant à une quelconque secte ou dénomination, tout en vous accordant le bénéfice du doute, nous dirons que vous êtes tous de bonnes personnes. Nous espérons que vous le prouverez en cessant votre inaction et indifférence, car trop de gens en souffrent et en meurent tous les jours.

Rulio Oscar,
KOP, PA