Category Archives: Elections américaines

  • -

Attention, danger!


Donald Trump, l’une des personnes les plus controversées et les plus immorales de l’année 2016 a parlé hier sur Twitter à la manière de Dieu. En effet, mesdames et messieurs, dans le livre de Genèse, le chapitre 1er et le verset 3, Dieu dit : Let there be light ! Que la lumière soit, et la lumière fut.
En effet, après un premier tweet effrayant dans lequel Trump a proposé de renforcer l’arsenal nucléaire des Etats-Unis, il a publié encore un autre tweet hier disant : « LET THERE BE AN ARMS RACE ! » Qu’il y ait une course à l’armement !
Au prime à bord c’est irresponsable de la part de Donald Trump de se servir de twitter permettant seulement 140 caractères pour faire une telle déclaration. Ensuite, où est la notion de surprise qu’il avait annoncée rien que dissimuler qu’il n’avait aucun programme relatif à la sécurité des Etats Unis.
Par ailleurs, au cours de sa campagne électorale, on lui reprochait entre autre son ignorance dans les questions étatiques, mais aussi son impulsion. Rendez-moi fou ou sage, je suis moi aussi, au nom bien sûr du sentiment d’appartenance, en faveur d’un renforcement de tout l’arsenal militaire des Etats Unis. Cependant, il est des sujets trop importants pour en parler au moyen des tweets comme le fait Mr. trump. En plus, où sont ses conseillers ? Il est un type qui n’est pas bien mentalement et qu’en aucune façon, il n’aurait dû servir de son compte twitter.
Quand il s’agit, chers amis, des questions nucléaires, cela nous concerne tous, que nous vivions au Canada, en Haïti, en France ou aux Etats Unis d’Amérique. Puisque, nous subirions tous l’effet dévastateur d’une éventuelle utilisation de ces armes à destruction massive.
Considérant qu’à l’heure actuelle, il y a 17,300 ogives ou armes nucléaires dans le monde et qu’à eux seuls, la Russie et les Etats Unis possèdent 16, 200, il y a lieu d’espérer que les pays possédant des armes nucléaires choisissent des leaders ayant des tempéraments stables, commençant par vous, Américains.
Comme je l’avais dit un jour à travers un de mes postes, parfois, des conflits entre deux pays partageant les mêmes frontières sont inévitables. Par contre, si vous avez des leaders qui sont mentalement instables, des décisions d’utiliser ces armes meurtrières peuvent être catastrophiques.
Nous l’avions déjà mentionné dans les Amis du Savoir et des Connaissances et nous le répétons : Une guerre nucléaire entre la Russie et les Etats Unis serait considérée comme une élimination mutuelle totale des deux pays sans compter les répercussions que cela engendrait sur les autres pays voisins voire du monde. Ceci dit, je m’explique : Vladimir Poutine disait moins de deux ans de cela que la Russie peut détruire les Etats Unis en moins de 30 minutes. D’après des experts militaires américains, cela serait possible. Ce qu’il convient de noter, c’est que les Etats unis ne stockent pas leur arsenal nucléaire seulement dans le pays. Alors, il prendrait aussi moins de 30 minutes aux sous-marins américains équipés des armes nucléaires sophistiquées dans le Pacific pour détruire également la Russie.- Destruction réciproque.
Est-ce pourquoi, chers lectrices et lecteurs, qu’on aura beau entendre des menaces d’utilisation d’armes nucléaires, mais on devra véritablement être instable et même fou pour s’en servir.

Rulio Oscar, le 23 décembre 2016 dans les Amis du Savoir et des Connaissances


  • -

La fierté des Etats Unis jetée dans les poubelles russes


Si le mot fierté se définit comme un sentiment d’orgueil, de satisfaction légitime de soi, de dignité et de noblesse, poubelle, récipient muni d’un couvercle destiné aux ordures ménagères, porte le nom de son inventeur, Eugène Poubelle.
Ça peut, chers lectrices et lecteurs, paraître un peu paradoxal ; fierté, quelque chose de grand prix et de grande valeur jetée à la poubelle, récipient recueillant des ordures de toutes sortes. C’est à mon avis, jeter des perles devant les pourceaux.
Comme nous l’avions dit à travers un texte intitulé les Etats Unis face aux autres puissances militaires mondiales publié dans les Amis du Savoir et des Connaissances quelques mois de cela, le produit intérieur brut du pays dépasse celui de la Chine, deuxième puissance économique mondiale, de 6 444 billions de dollars et celui de la Russie de 16 554 billions de dollars. En dépit de la neuvième place que les Etats Unis occupent en ce qui a trait au PIB par habitant, même les Américains vivant sous le seuil de la pauvreté croient dans le rêve américain (the American dream) et ont au moins une voiture garée chez eux.
Contrairement à certains pays comme le Canada qui a un programme d’aide sociale visant à fournir une aide financière aux gens s’ils éprouvent des difficultés à subvenir à leurs besoins, l’assistance sociale aux Etats Unis est presqu’inexistante. Cependant, si quelqu’un n’est pas paresseux et veut travailler, c’est le pays où, je me rappelle l’avoir dit un jour, on peut passer de Ti Joe à Mr. Joe. C’est le pays où voir quelqu’une ou quelqu’un rouler une Mercedes n’ébranle pas puisque, si vous avez un boulot et du bon crédit, vous pouvez vous aussi la rouler. C’est tout cela, chers amis et inestimables membres du prestigieux groupe les Amis du Savoir et des Connaissances, à côté des programmes militaires sophistiqués du pays, qui fait l’orgueil des Américains.
Un bon après-midi de l’année 2004, je me rappelle avoir été en train d’écouter une station de radio qui se trouve encore, je suppose, dans le sud de la Floride. L’historien Michel Soukar qui était l’invité de l’émission carte sur table qui se diffusait sur cette radio eut à dire que les Etats Unis ont les ressources militaires et économiques suffisantes pour se mesurer simultanément avec l’Irak, l’Iran et la Corée du Nord tout en maintenant leur présence en Afghanistan. Il convient de signaler que j’étais de l’avis de Michel.
Depuis, le non renouvellement des armes de toutes espèces dans le pays, la carence de militaires professionnels dans l’armée puisque l’enrôlement des jeunes de 18 à 26 ans n’est plus obligatoire mais plutôt volontaire et surtout la division ont beaucoup fait reculer le pays.
Ce que beaucoup d’Américains ne savent pas ou choisissent tout simplement d’ignorer, c’est que les Etats Unis ont d’innombrables ennemis même parmi leurs alliés. Les pays arabes dont l’Iran, haïssent les Américains pour leur support inconditionnel à Israël. La Chine et la Russie sont des ennemis acharnés du pays de l’Oncle Sam qui a combattu le communisme jusqu’à sa destruction près.
Xi Jinping de la Chine, Vladimir Poutine de la Russie, Ali Khamenei de l’Iran et même le jeune inexpérimenté Kim Jong-un de la Corée du nord sont très intelligents puisqu’ils ont su exploiter la faiblesse des Américains causée par la division pour se créer une notoriété et même dans le cas du président russe, pour influencer les élections aux Etats unis.
Mesdames, mesdemoiselles et messieurs, c’est un précédent dans toute l’histoire des Etats unis : un autre pays pour se venger d’un candidat à la course à la Maison Blanche et pour prouver qu’il est à même de le faire a fait basculer le résultat des joutes électorales en faveur de quelqu’un qu’il estime, et non sans raison, pouvoir être sa marionnette. En effet, Donald Trump choisit de s’en prendre à toutes les agences d’intelligence américaines en défendant Vladimir Poutine, l’homme grâce à qui il a pu être élu président.
Donald J. Trump que je n’appellerai jamais président, puisqu’il n’est pas mon président, en dépit de son ignorance et de son tempérament bestial, n’est pas responsable de ce qui s’est passé ici le 8 novembre dernier, encore moins l’ex agent de KGB, Vladimir Poutine qui a envahi les réseaux sociaux de fausses informations au sujet de Mme. Clinton. Les principaux responsables sont les Américains eux-mêmes qui n’ont pas su distinguer les vraies des fausses nouvelles. Leur ignorance est non seulement une épée de Damoclès pour les Etats Unis, mais aussi a coûté le pays sa fierté qui est désormais dans les poubelles russes.

Rulio Oscar, le 18 décembre 2016 dans les Amis du Savoir et des Connaissances


  • -

Le choix de Rex Tillerson à la tête de la diplomatie américaine n’est pas une surprise


Si pour beaucoup le choix que Donald J. Trump a fait de Rex Tillerson comme nouveau Secrétaire d’Etat est une surprise, il ne l’est pas pour moi et pour tous les gens intelligents. Mon ami Fritzner Paul est encore à l’honneur puisqu’une fois de plus, je vais le citer en omettant bien sûr l’adjectif qualificatif « haïtien » : « On ne fait rien pour rien, surtout pour les vauriens. »
Si la politique dans tous les pays est un état de force, il est à reconnaître que la loyauté si rare soit-elle, existe partout. Frédéric Marcelin, l’un des pionniers de la littérature haïtienne, eut à dire à travers son roman ayant pour titre Thémistocle Épaminondas Labasterre, que l’homme aux abords du pouvoir, n’est pas l’homme au pouvoir. Pour Donald Trump, je doute fort que l’homme qui faisait campagne au cours de ces deux dernières années puisse être différent de celui qui aura les commandes Des Etats Divisés D’Amérique dans les prochains jours.
Il faudrait être naïf ou abstrus pour ne pas reconnaître que Donald J.Trump a gagné l’élection présidentielle américaine grâce à l’aide de Vladimir Poutine. Je l’avais dit haut et fort que nous avons tous notre propre talon d’Achille. Nous disons et faisons tous des choses en privé que nous n’aurions jamais dites et faites en public. Quand des criminels russes ayant à leur tête Vladimir Poutine pirataient seulement les mails des démocrates, je n’ai pu m’empêcher d’exclamer : « Et les républicains, sont-ils parfaits ? » L’ingérence du président russe, la partialité du directeur de la FBI et l’ignorance de la majorité des Américains ont contribué à l’élection de Trump.
Alors, pour avoir aidé Donald à accéder à la Maison Blanche en devenant le 45ème président des Etats Divisés d’Amérique, il fallait, au nom de la loyauté, que l’ex agent de la KGB obtienne sa part du gâteau. Choisir Rex Tillerson, proche de Vladimir Poutine, à la tête de la diplomatie américaine est une façon pour Donald Trump de remercier ce dernier et de lui témoigner sa gratitude.

Rulio Oscar, le 13 décembre 2016 dans les Amis du Savoir et des Connaissances


  • -

In God, we trust? That’s bullshit!


Jeudi dernier, j’ai reçu ce message d’une amie qui m’est très proche. Voici ce qu’elle m’a dit dans le message: “I’m announcing that I’m no longer part of an organized religion. I still believe that the world wasn’t created by itself. I still believe that Jesus is the Lord. But I’m no longer sitting with any organized club who uses the name of Jesus to elect bigotry and promote segregation, as long as a billionaire gives money in return. I’m not sitting with any social club that doesn’t keep any biblical values when wealth involves. I’m searching for the creator of the universe on my own: He will find me. Please don’t try to convince me otherwise as I’m not interested. You guys can still be my friends if you want to. If not, no hard feelings. Life goes on.”
Comme vous le savez, vous qui lisez ce texte, In God, We Trust qui se traduit par en Dieu nous croyons, c’est la devise américaine. On a toujours considéré le peuple américain comme un peuple morale, un peuple qui a la crainte de Dieu et un peuple qui croit dans le partage. Pour corroborer ce que je viens de dire, l’église du Nazaréen de Léogane, une congrégation à laquelle je faisais partie et qui avait vu ses premiers jours dans une maison privée à Dampuce puis à la rue Noire, s’achetait son propre terrain un peu plus haut du « Carrefour Darbonne » On adorait le Seigneur certes sur notre propre terrain, mais sous une tonnelle qui pouvait défier le soleil, pas la pluie. En 1992, le don d’une somme d’argent d’une Américaine à la mission nazaréenne a permis la construction de notre église.
Tout cela, chers amis, est une façon de dire qu’en dépit de leur hypocrisie, les Américains en tant que peuple, ont eu ou bien ont encore, pourquoi ne pas leur accorder le bénéfice du doute, une certaine moralité et l’amour du partage.
Rendez-moi fou ou sage, je crois de moins en moins en religion. Cependant, je crois, contrairement à certains gens, qu’il y une main créatrice derrière tout ce que vous et moi contemplons jour et nuit. Je crois que cette main créatrice est celle de DIEU. Je crois que Jésus est le fils de Dieu et qu’aussi paradoxal que cela puisse paraître pour certaines personnes pratiquant des religions, Il est aussi Dieu.
Ce Jésus, pour sauver l’humanité du péché, est venu vivre sur la terre comme un homme ordinaire presque dans la pauvreté. Ce Jésus refusait de monter à cheval qui symbolisait la guerre, mais au contraire, chevauchait un ânon qui incarnait la PAIX. Ce Jésus a pris la défense des enfants, des pauvres et des opprimés et sans distinction aucune a guéri hommes et femmes de quelque couches sociales auxquelles ils appartenaient. Ce Jésus prêchait contre le mensonge, la haine, la discrimination, l’immoralité et les condamnait.
Les chrétiens, c’est-à-dire les partisans du Christ ou encore celles et ceux qui Le suivent, sont appelés à Lui ressembler et à vivre à Sa manière. Quelque grand que vous soyez, de quelque nom qu’on vous nomme, si vous faites le contraire de ce que vous prêchez, vous êtes des hypocrites, des menteurs et des blasphémateurs.
Je n’ai jamais cru aux grands noms évangéliques américains ou autre. Qu’ils s’appellent Benny Hinn qui avait déclaré en 1997 à CNN que ses revenus annuels étaient de 1 million de dollars, Joyce Meyer vivant dans une maison estimée à 2 millions de dollars, Joel Osteen considéré comme l’un des pasteurs les plus riches du pays et critiqué pour prêcher la théologie de la prospérité comme règle de vie chrétienne, ils sont tous des amasseurs de dollars.
Je me suis toujours posé la question à savoir pourquoi dans les milieux évangéliques on a toujours tendance à supporter les républicains. Si vous êtes intelligents, ce seul exemple vous suffira pour comprendre : le 30 août dernier, le gouverneur républicain de l’état de New-Jersey a posé son veto sur le salaire minimum de $15.00 l’heure voté préalablement par les démocrates. Comprenez-vous ce que cela veut dire ? Les républicains sont en faveur des riches et des gens qui pillent le petit peuple ; ils sont en faveur des grands pasteurs et des grands hommes et femmes évangéliques.
Mon ami de longue date Joseph Fritzner Paul dit toujours peut-être par plaisanterie qu’on ne fait rien pour rien surtout pour les vauriens haïtiens. Cette réalité ou plaisanterie du professeur Paul trouve vraiment sa place dans le milieu politico-évangélique aux Etats Unis.
Pour qui aurait voté Jésus s’Il avait été un Américain contemporain ? Pour Donald J. Trump qui a prôné la séparation d’entre les peuples, qui a discriminé les noirs, les femmes, les hispaniques, les musulmans, les handicapés et qui de sa propre bouche a dit qu’il peut faire ce que bon lui semble avec les femmes et même les embrasser contre leur volonté et toucher leurs parties génitales ? Jésus, aurait-il gardé le silence face au racisme, aux mensonges et à l’immoralité de Donald Trump pour ne pas mettre en péril le pacte donnant donnant signé entre les républicains et les riches ? J’en doute fort.
Inestimables lectrices et lecteurs, quand je pense à l’alliance entre les hommes et femmes religieux américains avec les républicains, quand je pense au support inconditionnel des prétendus chrétiens à la cause républicaine, je me demande s’il n’est pas sage d’être de l’avis de mon amie et de partager ce que Voltaire eut à dire, à savoir que la religion est une assemblée de coquins suivis par des imbéciles.

Rulio Oscar, le 13 novembre 2016 dans les Amis du Savoir et des Connaissances


  • -

La possibilité que Donald J. Trump devienne président


Il y a 3 conditions essentielles à remplir pour être président des Etats Unis :
1. Prouvez que vous êtes né aux États-Unis. C’est une condition constitutionnelle. Si vous êtes citoyen américain, mais que vous êtes né à l’étranger, vous n’êtes pas éligible à la présidence.
2. Ayez 35 ans ou plus. La constitution interdit à toute personne qui n’a pas encore 35 ans de devenir président.
3. Il faut que vous ayez vécu aux États-Unis au moins 14 années consécutives avant de vous porter candidat. Cette condition de résidence se trouve dans l’article 2 de la Constitution aux côtés des deux autres conditions. Il faut également que vous n’ayez jamais participé à une rébellion contre l’État. Il ne faut pas non plus que vous soyez disqualifié par le Sénat. Il s’agit du 14e amendement et de l’article 1 de la Constitution.
Si l’on se base sur ces 3 conditions que nous venons de mentionner, on peut sans ambages dire que les deux candidats à la course pour la maison blanche sont littéralement qualifiés pour être président des Etats Unis.
La grande question à se poser maintenant est la suivante : ces trois conditions, devraient-elles être les seules qui puissent qualifier une personne à être le président des Etats Unis ?
Les Etats Unis d’Amérique est un pays composé de groupes ethniques divers. Au vu des données du Bureau du recensement des Etats Unis, les Blancs forment une communauté de 197 millions d’âmes, soit 63,4 % des 311 millions d’Américains. Les Hispaniques sont 52 millions, les Noirs 43,9 millions et les Asiatiques 18,2 millions. Alors, point n’est besoin de dire que le président des Etats Unis ne doit pas être seulement celui d’un groupe qu’il soit majoritaire ou minoritaire, mais le président de tous.
Que dire quand on a un candidat à la présidence de ce grand pays qui traite des femmes de grosses cochonnes, qui discrimine les Hispaniques, les Noirs, les Musulmans et même des personnes handicapées ? Ouais ! Que dire d’un candidat qui n’a la moindre idée de l’abécédaire de la politique étrangère et qui ne cesse pas d’envoyer des fleurs et adresser des paroles laudatives à l’endroit des dictateurs notoires dans le monde entre autre Vladimir Putin. Que dire d’un candidat qui, à la moindre critique, s’énerve et estime qu’’il doit toujours répondre aux gens qui le critiquent ? A la lumière de tout cela, comme je le dis souvent, Donald J. Trump ne saurait être qualifié pour être président. Pourtant, il y a une possibilité qu’il devienne président. Quelle en sont les raisons ?
Il y a deux raisons pour lesquelles Donald Trump pourrait devenir président des Etats Unis : Le racisme du groupe ethnique majoritaire, les blancs et l’absence de responsabilité de certains gens des groupes minoritaires.
Le racisme du groupe ethnique majoritaire, les blancs
A travers nos écrits, nous avons toujours dénoncé le racisme dans le monde et parlé du racisme sans raciste aux Etats Unis. On a un Donald Trump qui n’épargne jamais les classes minoritaires, particulièrement les noirs et les hispaniques de ses insultes outrageantes et les blancs qui ont peur qu’ils deviennent minoritaires puisque, d’après Kenneth Johnson, démographe et professeur de sociologie dans le New Hampshire, d’ici 2050, ces derniers ne seront plus majoritaires aux Etats Unis.
Alors, considérant le racisme du candidat républicain et son dégoût pour les gens qui ne lui ressemblent pas, il est tout à fait normal que les blancs « déplorables » du pays et surtout du parti républicain continuent de supporter Trump qu’il soit qualifié pour être président ou pas. D’ailleurs, Donald J. Trump l’a dit ex cathedra : « même lorsque je criblais quelqu’un de balles au 1600 Pennsylvania Ave, je ne perdrais aucun vote. » C’est fort ce qu’il avait dit, pourtant il a raison. Il n’y a absolument rien qu’il puisse faire pour ne plus obtenir les votes de ces racistes. Ne dit-on pas qui se ressemble s’assemble ?
L’absence de responsabilité de certains gens des groupes minoritaires.
Si le vote de la majorité des blancs en faveur de Trump est garanti, quoi qu’il fasse ou dise, la raison majeure d’une éventuelle victoire républicaine sera dû au manque de responsabilité de certains gens des groupes ethniques minoritaires. C’est triste d’avoir entendu de mes propres oreilles ou lu de mes propres yeux des Américains d’origine haïtienne dire qu’ils ne savent pas encore lequel des deux candidats ils vont voter ou bien les élections américaines ne les concernent pas.
Vous souvenez-vous de cette courte histoire intitulée la part du colibri ? « Un immense incendie ravage la jungle. Affolés, les animaux fuient en tous sens. Seul un colibri, sans relâche, fait l’aller-retour de la rivière au brasier, une minuscule goutte d’eau dans son bec, pour l’y déposer sur le feu. Un toucan à l’énorme bec l’interpelle : “tu es fou, colibri, tu vois bien que cela ne sert à rien”. “Oui, je sais” réponds le colibri, “mais je fais ma part”… »
Je sais qu’il y a beaucoup de gens qui ne liront pas ce texte à cause de sa longueur. Cependant, vous qui aurez l’occasion de le lire, vous avez une obligation : encourager les « pourianistes » à prendre aussi leur responsabilité car nous avons tous un rôle à jouer dans l’avenir de ce monde qui devient de plus en plus incertain et dangereux. Si vous avez le droit de vote aux Etats Unis, les prochaines élections seront pour vous l’occasion de faire la différence entre l’exclusion des classes minoritaires auxquelles vous ou vos proches appartenez et l’inclusion de tous. Si vous ne vous êtes pas encore faits inscrits pour voter, hâtez-vous de le faire car, suivant l’état dans lequel vous résidez, les inscriptions pour voter se termineront bientôt.

Rulio Oscar, le 25 septembre 2016 dans les Amis du Savoir et des Connaissances


  • -

Je suis offusqué !


Comme tous les humains peut-être, devant un duel entre un extra-terrestre et un habitant de ma planète, je choisirai, si je peux, de défendre l’habitant de la terre. J’espère que les membres des Amis du savoir et des Connaissances ne m’en voudront pas si je dis que devant un danger imminent, je choisirais de sauver d’abord ma famille, viennent ensuite mes amis, mes compatriotes, les noirs en général, les américains puisque je suis aussi américain. Le choix de ces gens que je protégerais et défendrais est dans l’ordre d’importance et, je le fais au nom du sentiment d’appartenance.
Une injustice faite à un noir, est une injustice faite à tous les noirs.
La solidarité est un concept que tout le monde comprend. Quand un bandit viole sexuellement une femme, ça peine toutes les femmes. Le vol, le pillage et la corruption en Haïti tandis que nos frères et sœurs ont toutes les peines du monde à pouvoir manger même une fois par jour, nous concernent tous. Quand des assassins abattent des femmes et des hommes dans les rues de Port-au-Prince, ça nous révolte la conscience. Quand les français et le reste du monde changeaient leur photo de profile suite à des actes terroristes perpétrés sur des citoyens paisibles ou quand ils affichaient des pancartes disant « Je suis Charlie Hebdo », ils l’avaient fait, nous l’avions fait, devais-je plutôt dire, au nom de la solidarité. Tout en étant une personne solidaire, j’ai horreur de la complaisance. Ce n’est pas sans raison que celles et ceux que j’aime le plus vous diront que je suis le plus sévère et même parfois le plus intransigeant.
Il se peut que jusqu’ici, vous vous demandiez ce que je veux insinuer en disant que je suis offusqué. Vivant aux Etats Unis depuis tantôt 16 ans et comprenant assez la société américaine, j’ai souvent dénoncé à travers de nombreux articles que j’ai écrits, les injustices que subissent les noirs par des policiers et des juges blancs.
En dépit de certaines erreurs que je reproche au premier président noir des Etats Unis Barack Obama, j’estime qu’il est l’un des plus grands hommes politiques du pays à l’heure actuelle et l’un des présidents les plus compétents de toute l’histoire américaine. Pourtant, à cause de la couleur de sa peau, il est le président le moins respecté de ce putain pays de blancs.
Hier matin, en surfant sur internet, je suis tombé sur un article intitulé : Why I am ready for President Barack Obama to leave the White House » « Pourquoi je suis impatient à l’idée que le Président Barack Obama finisse son mandat »
Permettez, Mesdemoiselles, Mesdames et Messieurs que je colle le paragraphe avec lequel l’auteur a fini son article: « I’m tired of seeing President Obama blatantly disrespected, and my soul is weary from having to see him grin and bear it. I’m ready for President Obama to be free from the burden of having to perform for white supremacy—and I’m ready to be free from the burden of having to watch him do it.”
« Je suis fatigué de voir des gens manquer ouvertement de respect au président Obama et mon âme est lasse d’avoir à le voir sourire et supporter ces dénigrements et injures. Je ne peux plus attendre qu’il se libère du fardeau d’avoir à performer pour la suprématie blanche, et je suis impatient à l’idée que moi aussi, je sois libéré du fardeau d’avoir à le regarder faire. »
J’ai le cœur gros moi aussi d’être témoin oculaire et auriculaire des insultes que des blancs médiocres du parti républicain infligent de façon régulière à l’homme humble et modeste qu’est le président Obama. Que de fois, je me demande ce qu’il fait pour avoir mérité toutes ces peines que les énergumènes républicaines lui causent. Il n’y a pas de doute que vous aussi, vous serez offusqués après avoir lu les humiliations et les injures que le 44ème président a essuyées à cause tout simple de la couleur de sa peau.
a. Deux ans après que Hawaii devint un des états américains, Barack Obama a pris naissance dans cet état le 4 août 1961. Ce qui a fait de lui un américain d’origine. Souvenez-vous des ignorants républicains dont Donald J. Trump qui disaient que le président n’est pas américain ?
b. En 2009, au cours d’une session jointe des deux chambres, tandis que le président s’adressa à l’Assemblée, un député républicain répondant au nom de Joe Wilson de la Caroline du Sud cria à gorge déployée : « Vous mentez ! »
c. En 2012, en voyage dans l’état d’Arizona, le gouverneur d’alors Jen Brewer osa pointer son doigt sale et nauséabond au visage du président.
d. A propos de Barack Obama, l’ancien maire de New York l’homophobe Rudy Giuliani eut à dire que le président n’aime pas les Etats Unis et encore moins les Américains.
e. Quelques jours de cela, Donald Trump a déclaré haut et fort que le président est le fondateur du groupe terroriste ISIS qui tuent et décapitent toutes celles et tous ceux qu’il rencontre sur son chemin.
f. Ce même ingénu, nullard, baudet, cet âne bâté Donald J. Trump a osé dire que Barack Obama est le président le plus ignorant que les Etats Unis n’aient jamais connu.
S’il fallait, chers amis que nous continuions d’énumérer les injures, les unes plus graves que les autres, les membres des Amis du Savoir et des Connaissances ayant horreur de longs textes me couperaient la tête. Croyez-moi, elles sont légions.
Au nom de la solidarité à la race noir et au sentiment d’appartenance, au nom de l’intellectualisme, je suis blessé, scandalisé, troublé ; oui, je suis offusqué par l’affront, l’avilissement et la dégradation que les demi-hommes républicains infligent au 44ème président américain à cause de la couleur de sa peau.

Rulio Oscar, le 14 août 2016 dans les Amis du Savoir et des Connaissances


  • -

Les Etats Unis face aux autres puissances militaires mondiales

airplane

Ça fait déjà un bail que je réfléchis sur la place que les Etats Unis occupent au point de vue militaire dans le monde. Comme nous l’avions dit à travers un poste dans les Amis du Savoir et des Connaissances, la Chine, la deuxième plus grande puissance économique derrière les Etats Unis, a un PIB de 6,444 billions dollars inférieur au pays de l’oncle Sam. Tout cela, chers amis, c’est pour vous dire qu’en dépit des problèmes auxquels font face les Etats Unis, ils restent incontestablement la première puissance économique du monde.
Que dire des Etats Unis au point de vue militaire ?
Hégémonie, signifiant suprématie, n’est pas souvent employée particulièrement au cours de la deuxième moitié du 20ème siècle sans l’adjectif américaine. Je doute fort que l’on puisse encore parler de l’hégémonie américaine dans le contexte actuel où des pays comme la Russie, la Chine, la Corée du Nord et même l’Iran continuent de défier les Etats Unis sur le plan militaire.
Les Etats Unis d’hier et ceux d’aujourd’hui
Autrefois, les Etats Unis qui devraient être appelés maintenant les Etats Désunis étaient un pays uni. Dans le temps, quand il s’agissait de défendre les intérêts de la nation, il n’y avait ni démocrate, ni républicain ; il y avait le peuple américain. Ne dit-on pas que tout royaume divisé contre lui-même court à la ruine ; et nulle ville, nulle maison divisée contre elle-même ne saurait se maintenir ? Les Etats Unis n’étaient jamais aussi morcelés qu’ils le sont maintenant. L’arrivé au pouvoir de Barack Obama et la possibilité qu’une femme devienne président dans ce pays d’hommes blancs ont empiré les choses parce que les racistes républicains ne voudront jamais être gouvernés par un noir ou par une femme.
Tout mettant le bâton dans les roues du premier noir président en s’opposant à tout ce qu’il fait, ces blancs, les républicains en particulier hypothèquent la grandeur et la fierté de ce beau pays. Le signal qu’ils ont envoyé et qu’ils continuent d’envoyer aux autres pays ne saurait être plus clair. Qui plus est, d’autres puissances du monde qui rêvaient toujours de surpasser les Etats unis ont su saisir le taureau par les cornes. Petit à petit, ils ont augmenté leurs capacités militaires tandis que les Américains se querellent, se dénigrent et marquent des pas en place.
Ne pas provoquer la Russie et la Chine
Le samedi 20 août dernier, Le jour du 90e anniversaire du père de la révolution cubaine, l’immortel Fidel Castro a exhorté les grandes puissances à poursuivre la lutte pour la paix et a appelé les Américains à ne pas provoquer Moscou et Pékin qui détiennent tous deux l’arme nucléaire.
Nous vivons, chers lecteurs et lectrices, dans un monde dangereux au superlatif absolu. C’est comme une bombe à retardement. A côté du terrorisme et des cataclysmes naturels de plus en plus fréquents, le déclenchement d’une guerre nucléaire est de plus en plus probable. Les Etats Unis peuvent se défendre contre toute agression. Cependant, une attaque nucléaire préemptive même de la Corée du Nord causera de grandes pertes surtout en vies humaines. Alors, pour corroborer l’appel de Fidel Castro aux Américains, je dirai que l’heure n’est pas à la provocation.
Ce que les Américains doivent faire pour être respectés à nouveau.
Si les Etats Unis ont un produit intérieur brut (PIB) de 6,444 billions dollars en plus que la Chine qui vient en deuxième position, l’écart en ce qui a trait aux dépenses militaires est beaucoup plus grand. Voici le top 10 des pays ayant le plus important budget militaire du monde en 2015.
1. Les Etats Unis : 597.50 milliards de dollars en dépenses militaires
2. La Chine : 145.8 milliards de dollars en dépenses militaires
3. L’Arabie Saoudite : 81.8 milliards de dollars en dépenses militaires
4. La Russie : 66.5 milliards de dollars en dépenses militaires
5. Le Royaume-Uni(l’Angleterre) : 56.2 milliards de dollars en dépenses militaires
6. L’Inde : 48 milliards de dollars en dépenses militaires
7. La France : 46.8 milliards de dollars en dépenses militaires
8. Le Japon : 41 milliards de dollars en dépenses militaires
9. L’Allemagne : 36.7 milliards de dollars en dépenses militaires
10. La Corée du Sud : 33.5 milliards de dollars en dépenses militaires
A la lumière de ce que vous venez de lire, vous pouvez remarquer que les dépenses des 9 pays combinées n’égalent même pas celles des Etats Unis. Qu’est-ce qu’ils doivent faire alors pour regagner le respect des autres nations ? Je sais que beaucoup de gens ne seront pas d’accord avec ce que je vais dire.
Un pays peut être une puissance économique. Cependant, si militairement il est faible, il n’aura pas le respect total des autres nations. Rappelons-nous qu’avant la réunification des deux Allemagnes, le Japon était la deuxième puissance économique mondiale après les Etats Unis. Pour être à nouveau grands aux yeux du monde, les Américains doivent enterrer leur hache de guerre et leur racisme, ne pas donner d’ultimatum à moins d’être sûr que cet ultimatum sera mis à l’exécution si les conditions ne sont pas réunies. La politique, dit-on, est un état de force. Ne m’en voulez pas s’il-vous-plaît si je dis qu’ils doivent aussi renouveler leurs stocks d’armes en service et investir dans la fabrication de nouvelles armes d’attaque sophistiqués et des missiles de défense anti balistique et nucléaire. Ils n’ont pas à concurrencer les autres puissances à moins que l’argent soit futile comme on le dit. Si votre budget militaire dépasse celui des 9 pays qui viennent après vous, je m’attends à ce que vous rendiez en poussière les adversaires qui osent vous attaquer. Je vis aux Etats Unis et je ne veux pas mourir calciné ou asphyxié à la suite d’une attaque nucléaire ou d’une autre arme à destruction massive d’un « état voyou »
Rulio oscar, le 11 septembre 2016


  • -

Donald Trump : la femme qui l’accuse d’agressions sexuelles sort du silence

judith-harth

Donald Trump : la femme qui l’accuse d’agressions sexuelles sort du silence
Une ancienne collaboratrice de Donald Trump accuse le candidat républicain de tentative de viol. 20 ans après les faits, elle a décidé de sortir du silence.
« Ne me traitez pas de menteuse. » Jill Harth, le visage fermé, est accompagnée de son avocate. 20 ans après les faits qu’elle dénonce, cette Américaine sort du silence. Dans une interview filmée et accordée au Guardian, elle confirme les faits exposés dans sa plainte, déposée en 1997 contre Donald Trump qu’elle accuse d’agression sexuelle.
Rappel des faits selon la plaignante
Jill, make-up artist de métier rencontre Donald en 1992. Depuis ce premier rendez-vous professionnel, l’homme d’affaire aurait plusieurs fois agressé sexuellement Jill Harth, peut-on lire dans sa plainte, relayée par le Guardian. Elle organise avec George Houraney, son compagnon de l’époque, un concours de beauté de pin-up, sponsorisé par la fortune Trump. Selon l’Américaine, au cours de leur collaboration, Donald Trump lui pose des questions déplacées, la « tripote » pendant un dîner, la présente comme sa « petite amie » devant des associés et l’agresse physiquement chez lui, dans son manoir de Floride.
Il m’a poussée contre le mur et a essayé de retirer ma robe
« Il m’a poussée contre le mur [de la chambre], m’a tripotée et a essayé de retirer ma robe », raconte aujourd’hui Jill Harth au Guardian. La jeune femme est obligée de le repousser. Elle est choquée et qualifie cette agression de « tentative de viol ». « Il savait que j’étais en couple avec George, il savait qu’il y avait des gens dans la pièce d’à côté. Comment a-t-il pu faire cela alors que j’étais là pour les affaires ? », s’interroge Jill Harth.

Malgré l’incident, Donald Trump ne lâche pas l’affaire aussi facilement, assure Jill Harth : « Il a tout fait pour que je quitte [George Houraney], il m’appelait et me disait « Je t’aime bébé, je serai le meilleur amant que tu n’as jamais eu » ».
Le clan Trump dément
En tant que chrétienne pratiquante, Jill Harth se convainc de pardonner à son agresseur et de ne jamais révéler le comportement du milliardaire. Sa plainte, déposée le 25 avril 1997, est retirée quelques jours plus tard. Pourquoi parler maintenant ? Alors que le candidat républicain vient officiellement de se lancer dans la course à la Maison-Blanche ? C’est la publication d’un article du New York Times, publié en mai dernier et mentionnant les faits, qui change la donne. Dans la foulée, le bureau du candidat aurait appelé la plaignante pour lui demander de démentir publiquement, ce qu’elle aurait refusé de faire. C’est Donald Trump qui se charge de le faire en déclarant publiquement que les accusations de Jill Harth sont « sans fondement », rappelle le quotidien britannique.

Contacté par le Guardian, l’équipe de Donald Trump dément avoir tenté d’étouffer l’affaire et pointe en contrepartie plusieurs e-mails écrits par Jill Harth entre 2015 et janvier 2016. Dans ces courriels, Jill Harth exprime son amitié au candidat et propose ses services de maquilleuse pendant la campagne. Des messages qui datent de plusieurs mois avant que Donald Trump ne remette en question son intégrité, se justifie l’intéressée.

Traitée de « menteuse », Jill Harth engage alors son actuelle avocate, Lisa Bloom.
Seule contre tous, dit-elle, c’est cet isolement qui l’a poussée à sortir du silence et à raconter sa verité. George Houraney, l’ancien compagnon contacté par le Guardian, n’a quant à lui aucun doute : Jill dit la vérité.
Source : http://madame.lefigaro.fr/


  • -

Parallèle entre Démocrates et Républicains

democrate vs republicain

La politique, a dit Ahmadou Kourouma, n’a ni yeux, ni oreilles, ni cœur. En politique le vrai et le mensonge portent le même pagne ; le juste et l’injuste marchent de pair ; le bien et le mal s’achètent ou se vendent au même prix.
Etant un animal politique, d’après Aristote, bien sûr, je suis passionné de ce qui est concocté dans la cuisine politique du monde entier. Cependant, la politique canadienne, française, américaine et haïtienne est ce qui me motive le plus. Cette motivation pourrait bien s’expliquer par le nombre imposant de mes compatriotes vivant au Canada, en France et aux Etats Unis et par amour pour mon Haïti chérie qui fut jadis la perle des Antilles
Si en politique le vrai et le mensonge portent le même pagne ; le juste et l’injuste marchent de pair le bien et le mal s’achètent ou se vendent au même prix, ce qui rendrait toute comparaison entre les démocrates et les républicains difficile, les conventions des deux partis politiques aux Etats Unis nous permettent de faire un parallèle entre le party d’Abraham Lincoln et celui de Franklin Delano Roosevelt.
Les leaders qui se succèdent dans un parti politique, ses victoires à tous les niveaux dans des élections, c’est ce qui fait la valeur de ce parti. Issu de la scission du Parti républicain-démocrate fondé par Thomas Jefferson en 1798, le Parti démocrate est l’une des plus grandes organisations politiques mondiales. D’Andrew Jackson à Barack Obama, 16 démocrates sont élus présidents des Etats Unis. Il faut signaler que Franklin Delano Roosevelt est le président des États-Unis le plus longtemps resté en fonction.
Que dire en bref du parti républicain ? Fondé le 28 février 1854 par des dissidents nordistes du Parti moribond whig et du Parti démocrate, le parti républicain devint le principal parti politique du pays alternant au pouvoir avec le Parti démocrate. Depuis sa fondation, c’est le parti qui a le plus exercé le pouvoir exécutif aux États-Unis, y compris sur une durée continue allant de 1861 à 1885. D’Abraham Lincoln à George W. Bush, le parti républicain a connu 18 présidents.
Peut-être, dites-vous que Barack Obama est le 44ème président du pays et que 16 plus 18 ne font que 34 ! En effet, 16 plus 18 ne font pas 44. Il est à noter que les 10 premiers présidents des Etats Unis étaient ou bien sans parti politique comme c’était le de George Washington, ou bien issus des partis qui n’étaient ni démocrate, ni républicain.
Démocrate et Républicain, le jour et la nuit.
Comme je l’ai mentionné plus haut, l’un des facteurs qui fait la valeur d’un parti politique, c’est les leaders qui se succèdent. Les deux semaines qui viennent de s’écouler, semaines pendant lesquelles ont eu lieu les conventions républicaine et démocrate, ont mis à l’évidence la grande différence entre les deux partis américains. En dépit de mon horaire de travail – 4h à minuit, grâce à mon iPad, j’ai pu suivre presque tous les orateurs qui se sont défilés sur les podium démocrate et républicain. Pour moi et pour environs 80% des américains qui ont regardé les conventions, républicains et démocrates confondus, c’était comme le jour et la nuit. Pour citer des républicains pas des moindres, « la convention des démocrates était le symbole du patriotisme. Dans le discours d’Hilary Clinton, on voit l’amour pour le pays tandis que dans celui de Donald J. Trump, on voit l’amour de Donald Trump. »
Mesdames, mesdemoiselles et messieurs, je suis démocrate certes. Cependant, il est des républicains que j’adore. Parmi eux, je peux citer Abraham Lincoln et Ronald Reagan. En dépit de toutes les erreurs de George W. Bush, je refuse qu’on le critique acerbement. Ne me demandez pas pourquoi, s’il-vous-plaît ! J’aime aussi John McCain. Tout ceci est pour vous dire que je sais apprécier ce que les républicains ont à offrir de positif. Où est le parti d’Abraham Lincoln et de Ronald Reagan ? Pourquoi ne peut-on pas voir que le parti qui avait contribué à l’abolissement de l’esclavage va dans une très mauvaise direction ? Est-ce l’aveuglement et l’ignorance de ses membres ?
Quelques jours de cela, j’étais sur la page d’un républicain originaire de Léogane, ce que je fais souvent pour voir jusqu’à quel niveau peut s’abaisser le caractère de certains hommes qui se disent intellectuels. J’étais abasourdi de lire que l’esclavage était institué par les démocrates. Pour éclairer la lanterne de ce payse, L’esclavage aux États-Unis avait commencé en 1619 peu après l’installation des premiers colons britanniques en Virginie et s’était terminé en 1865 avec l’adoption du XIIIe amendement de la Constitution américaine alors que le parti démocrate était fondé aux environs de 1825. Au nom de l’honnêteté et de l’objectivité, donnons à César ce qui est à César. Comme nous venons de le dire, l’abolissement de l’esclavage aux Etats Unis était l’œuvre d’un homme du parti républicain que j’adore, Abraham Lincoln.
A bien analyser les différents oratrices et orateurs qui ont pris la parole au cours des deux conventions, il y a lieu de conclure que dans un camp, il y a eu des femmes et des hommes compétents, des gens humains réels qui ont su de quoi ils parlaient et dans l’autre camps, des gens qui ont parlé ou bien pour diviser ou pour ne rien dire. En d’autres termes, des ignorants, des menteurs et des dénigreurs. Je me demande comment les supporteurs de Donald J. Trump peuvent ne pas être aux aguets quand ce dernier parle, considérant qu’il est pire que Sarah Palin et qu’il ne sait pas ce qu’il dit. Devine quoi ! Ce même imbécile a dit seulement quelques jours de cela que notre président Barack Obama est le plus ignorant de tous les présidents que les Etats Unis aient connus. Etes-vous d’accord ? Je n’aurais pas dû poser cette question sachant qu’il y a des gens de ma propre ville natale qui répondront affirmativement à cette question. Ce n’est pas grave ! Considérant que l’ignorance peut être définie comme méconnaissance, incapacité, incompétence, nullité, insuffisance, lacune, inexpérience, naïveté, candeur, innocence, simplicité, bêtise, imbécillité, maladresse, sottise, impéritie, je choisirai de ne pas être condescendent en disant que ces gens sont plutôt naïfs et innocents.
Sachant qu’il y a des gens qui ont horreur de longs textes, je vais conclure en vous demandant si vous pensez que Donald J. Trump a raison de dire que Barack Obama est le président le plus ignorant que les Etats Unis aient jamais connus.
Gen yon provèb ayisyen ki di : benyen kochon an, lave kochon an, savonnen kochon an, pafimen kochon an, abiye kochon an lap toujou rete kochon. Je refuse de croire que ce proverbe peut s’appliquer aux gens humains. Alors, faites vos jeux puisque la balle est dans vos pieds.

Rulio Oscar, le 29 juillet 2016


  • In Politique
    Présumant que la définition des termes souffrances et […]
  • In Politique
    » Les noirs, dont les pères sont en Afrique, […]
  • In Religion
    La Bible parle de 4 grandes prophéties sur Jésus, le […]
  • In Politique
    Je comprends que l’équipe Moïse-Lafontant peut avoir […]
  • In International
    Les gens qui s’informent savent que l’aide militaire […]
  • In Elections américaines, International
    Donald Trump, l’une des personnes les plus […]
  • In L'amour, Religion
    De mon ami et frère, l’ingénieur Glodel St Fleur, je […]
  • In Elections américaines, International
    Si le mot fierté se définit comme un sentiment […]
  • In International
    Dire sans faire et faire sans dire est souvent énoncé […]
  • In Elections américaines
    Si pour beaucoup le choix que Donald J. Trump a fait […]
  • In Ce qu'il faut savoir, Conseils, Education
    Il n’y a pas de meilleure façon de commencer ce texte […]
  • In Politique, Société
    Avec une attention soutenue et sans paresse […]
  • In Ce qu'il faut savoir
    En sortant de la gym ce matin, je parlais à une amie à […]
  • In Politique
    Le 20 novembre dernier, c’étaient les élections […]
  • In Politique
    Dans deux jours, ce seront les élections en Haïti pour […]
  • In Ce qu'il faut savoir, Education
    Quelques mois de cela, quelques membres du groupe […]
  • In Elections américaines
    Jeudi dernier, j’ai reçu ce message d’une amie qui […]
  • In Elections américaines
    Il y a 3 conditions essentielles à remplir pour être […]
  • In Ce qu'il faut savoir, Education
    On emploie la virgule pour détacher ou isoler des […]
  • In Elections américaines
    Comme tous les humains peut-être, devant un duel entre […]
  • In Politique
    D’après les gens qui observent de près la cuisine […]
  • In Elections américaines
    Ça fait déjà un bail que je réfléchis sur la place que […]
  • In Education, Société
    Je me souviendrai toujours de ce spot que je prenais […]
  • In Elections américaines
    Donald Trump : la femme qui l’accuse […]
  • In Elections américaines
    La politique, a dit Ahmadou Kourouma, n’a ni […]
  • In Elections américaines
    Le grand problème des coléreux hommes blancs des Etats […]
  • In Elections américaines
    Je suis d’Haïti où la politique est synonyme de […]
  • In Histoires et pensées positives, Histoires inspirantes
    Comment se comporte-t-on face aux difficultés ? On […]
  • In Société
    Le racisme est une idéologie qui considère que […]
  • In Sport
    Dimanche dernier, comme on le sait tous, c’était […]
  • In Elections américaines
    « Mon Dieu, j’ai un très grand regret de vous […]
  • In Politique
    Les Anglais ont voté pour quitter L’UE. Les votants, […]
  • In Famille
    Ces parents reproduisent une photo avec leurs […]
  • In Politique, Société
    Le deuxième amendement de la Constitution des […]
  • In Education
    Le subjonctif est un mode verbal qui sert à exprimer […]
  • In Société
    Il est des injustices qu’on subit qui ne nous laissent […]
  • In L'amour, Société
    Le gens qui me connaissent, particulièrement ceux qui […]
  • In Société
    L’arme que le meurtrier George Zimmerman avait […]
  • In Histoires et pensées positives, Histoires inspirantes
    Nous vivons chers amis dans un monde où le mensonge, […]
  • In Science
    J’ai trouvé cette histoire sur la page d’une amie qui […]
  • In Technologie
      Afin de booster les installations de Windows […]
  • In Ce qu'il faut savoir, Politique
    Les festivités du 18 mai en Haïti, dans mes classes […]
  • In Elections américaines
    Comme vous pouvez le constater, chers lectrices et […]
  • In Technologie
    Technologie : Outre les versions mobiles et une […]
  • In Histoires et pensées positives, Histoires inspirantes
    Un moine s’était retiré du monastère pour […]
  • In Ce qu'il faut savoir
     On n’a pas fini d’apprendre sur le […]
  • In Histoires et pensées positives, Histoires inspirantes
    La vache mélomane Michal et Kental se chamaillaient et […]
  • In Science
    Aujourd’hui, c’est la Journée de la Terre nourricière. […]
  • In Politique
    Classée 149ème sur 179 pays, Haïti reste le pays le […]
  • In Politique
    Nous remercions infiniment toutes celles et tous ceux […]

Merci d’écouter Sentimentale FM

Nos plus récents articles